Page 1 sur 1

Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Ven 17 Aoû 2012 15:48
de Bhikkhus
Bonjour à toutes et à tous. :D

Je propose aux membres et aux visiteurs de passage de réagir à ce nouveau topic (s'ils le désirent), spécifiquement créé pour aborder un sujet philosophique très propre à la culture tibétaine (et au Vajrayâna) :

l'esprit de l'homme.

Nous autres occidentaux avons aujourd’hui atteint un niveau technique étonnamment élevé. Nous fabriquons de puissantes machines qui permettent de se déplacer au sol, dans les airs ou même dans l’espace à grande vitesse ou encore d’autres, afin d’explorer les profondeurs de la mer et des océans. Grâce à l’outil internet nous arrivons même à voir instantanément ce qui se passe partout dans le monde (voir même hors de notre planète dans certain cas de figure).

Pourtant notre propre esprit (si proche de nous), reste une réalité impénétrable : nous n’arrivons pas à comprendre ce qu’est essentiellement notre propre esprit ! Reconnaissons que c’est une situation plutôt paradoxale : alors que nous disposons de télescopes ultra-perfectionnés pour voir à des années-lumière et de super-microscopes assez puissants pour distinguer les détails sub-atomiques de la matière, cet esprit qui est la partie la plus intime de notre être et la plus fondamentale, nous reste aussi la plus invisible, la plus insaisissable et inconnue !

Pour certains privilégiés d’entre nous, le développement de la science et la maîtrise des conditions matérielles ont apporté un degré de confort et de bonheur extérieur très élevé. C’est certainement excellent sur de nombreux points, mais ces progrès scientifiques et technologiques n’empêchent pas l’esprit de rester dans la méconnaissance de lui-même et d’être, de ce fait, jour après jour, conditionné et affligé de nombreuses manières, par la souffrance, la frustration et l’angoisse.

Pour remédier à ces maux, il serait nécessaire de découvrir et de comprendre la nature essentielle de son propre esprit.

Il me semble que c’est un point essentiel de tenter de comprendre notre nature véritable, ce que nous sommes vraiment.

Nous avons la chance d’avoir beaucoup de connaissances, la chance d’être instruits : essayons peut-être d’utiliser ces capacités, ces facultés qui sont nôtres, pour prendre le temps d’étudier notre esprit.

Tous autant que nous sommes, nous avons un esprit qui a la même nature. Nous sommes tous semblables, nous avons tous le sentiment d’exister avec un ego soumis à diverses peines et souffrances, à diverses craintes et peurs.

:mrgreen:

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Ven 24 Aoû 2012 18:31
de Phurba
Je suis souvent surprise par la crainte qu'inspire cet esprit justement. On voit souvent des personnes qui souffrent de traumatismes passés et qui les ont occultés, mais qui pour rien au monde n'essaieraient de les faire remonter même si une chance de ne plus souffrir leur est offerte.
Je ne leur lance évidemment pas la pierre et ne juge personne. C'est une constatation.

Une autre simple constatation : combien ont peur de rester seul avec eux-mêmes ? Ceux-là ont besoin de la radio, la télé... pour avoir une compagnie.

Alors cet esprit est non seulement terra incognita mais un ennemi qu'il faut juguler au plus près pour qu'il n'ait pas l'occasion de se mettre en marche.
Il est plus facile d'écouter des émissions (parfois débiles) et parler du dernier i-pod en vente que s'écouter soi-même et réfléchir sur les conséquences de ses actes ou d'autres choses... C'est beaucoup moins flippant.
D'après moi, c'est une des raisons pour laquelle le virtuel marche aussi bien de nos jours... Ca déporte l'esprit sur quelque chose qui n'existe pas et ça fait moins peur. Mais je suis surement hors sujet...

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Sam 25 Aoû 2012 14:40
de Bhikkhus
Phurba a écrit:Alors cet esprit est non seulement terra incognita mais un ennemi qu'il faut juguler au plus près pour qu'il n'ait pas l'occasion de se mettre en marche.

Dans ce sens, cela voudrait dire que notre esprit est notre propre ennemi. Qu'il nous faut le contrôler pour éviter son réveil et donc notre malheur.

Je ne vois pas les choses comme cela. A partir de notre naissance, chaque être humain souhaite le bonheur et ne désire pas la souffrance. Aucun conditionnement social, aucune éducation, ni aucune idéologie n'affectent cela. C'est un fait... et par conséquent, il est important de découvrir quelle chose va nous apporter le plus grand degré de bonheur.

Il est possible de diviser toutes sortes de bonheur et de souffrance en deux grandes catégories : physique et mentale. Des deux, c'est l'esprit qui exerce le plus souvent la plus grande influence sur la plupart d'entre nous (sauf dans des cas bien particulier comme des maladies très graves où le physique joue un rôle prédominant...)

Il est vrai que si le corps est satisfait, nous pouvons pratiquement l'ignorer. L'esprit, cependant, enregistre chaque événement, chaque émotion, peu importe son importance. C'est pourquoi je pense que nous devons consacrer nos efforts les plus sérieux à instaurer une paix mentale et à comprendre son principe.

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Sam 25 Aoû 2012 19:39
de Phurba
Tu vois les choses pour toi-même et tu généralises. Essaie de regarder autour de toi pour te rendre compte que peu de personnes sont capables de voir les choses de cette façon même s'ils ne s'en rendent pas compte.

"C'est un fait... et par conséquent, il est important de découvrir quelle chose va nous apporter le plus grand degré de bonheur."
Attention aux "faits" et aux généralisations... Est-ce vraiment la recherche du bonheur qui nous guide ? Je ne suis pas sure du tout... Un exemple parmi des tonnes d'autres : quand on fait un métier qu'on sait qu'il provoquera le malheur à courte ou plus longue échéance. Recherche-t-on le bonheur ? Non, on cherche juste à avoir de l'argent à la fin du mois pour payer la maison et pouvoir regarder la tv, partir en vacances, boire son coca, sans avoir à trop penser...

Je vois sans doute tout cela très noir mais je crois que tu es dans l'excès inverse. ;)

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Dim 26 Aoû 2012 09:07
de Bhikkhus
Phurba a écrit:Je vois sans doute tout cela très noir mais je crois que tu es dans l'excès inverse.

Je verrai les choses de façon trop lumineuse... :lol: C'est possible. :D Il n'empêche que je ne connais personne qui soit mue par un désir de s'instaurer son propre malheur et donc (d'une façon relative) sa destruction.
Phurba a écrit:Tu vois les choses pour toi-même et tu généralises.

En fait, ce sont plutôt des observations et des constatations dans mon entourage, cela étant (et c'est le but de ce topic), j'aime à observer et à échanger d'autres points de vue sur un même sujet. C'est passionnant. :)
Phurba a écrit:Est-ce vraiment la recherche du bonheur qui nous guide ? Je ne suis pas sure du tout...

Pourtant, il me semble que si on observe bien, toute pensée, parole ou action a pour but d'apporter son bonheur personnel. Même le pire des brigands aura l'idée (de part sa mauvaise action) d'aboutir à son contentement et à sa propre satisfaction.
Phurba a écrit:Recherche-t-on le bonheur ? Non, on cherche juste à avoir de l'argent à la fin du mois

Pour reprendre cet exemple, il me semble que même dans les désirs modestes de pouvoir regarder la tv, partir en vacances ou boire son coca, on retrouve toujours une aspiration de disposer d’argent afin de pouvoir acheter un bonheur ou une satisfaction élémentaire... de se donner du plaisir, son propre plaisir et à sa manière.

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Dim 26 Aoû 2012 15:00
de Phurba
Tout dépend alors de quel bonheur on parle.
Effectivement, si regarder la tv et boire son coca, c'est le bonheur... je m'incline.

Peut-être faudrait-il commencer par définir précisément ce que sont le contentement, le bonheur, la satisfaction....? Car sinon, parle-t-on des mêmes choses ?

Moi aussi je regarde autour de moi et constate certaines choses à ma toute petite échelle.
Mais justement c'est très difficile de généraliser car peut-on honnêtement comparer l'esprit de personnes vivant dans des favelas avec celui de quelqu'un de richissime par exemple ?
Ou bien un être égoïste avec quelqu'un d'altruiste et cette question se décline à l'infini. (Voilà pourquoi je disais que tu généralises).

Peut-être n'y a t-il pas seulement un esprit humain mais autant d'esprits que d'humains (ou dumoins autant que les "catégories" d'humains, qui sont innombrables...) ?

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mar 28 Aoû 2012 08:20
de Bhikkhus
Phurba a écrit:peut-on honnêtement comparer l'esprit de personnes vivant dans des favelas avec celui de quelqu'un de richissime

Il me semble que pour aborder ce sujet de compréhension sur de telles différences, on se doit obligatoirement de prendre en considération les lois bouddhiques du karma, de la causalité et des renaissances (ou les lois spirites de réincarnation et de cause à effet... c'est le même principe dans les deux cas). Sans cela, toute justice disparait et il n'y a effectivement plus rien d'honnête entre deux situations de vie.

Phurba a écrit:Peut-être n'y a t-il pas seulement un esprit humain mais autant d'esprits que d'humains

C'est ce que je pense. Je vois les choses comme cela : pour moi, il y a un esprit par humain (ou par incarnation), qui fait sa propre expérience selon sa volonté, son rythme, ses capacités, son bon vouloir, etc... Chacun avance donc à son propre rythme en récoltant le fruit des bonheurs ou des malheurs de ses expériences passées.

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Lun 12 Nov 2012 23:05
de Guillaume
Le livre Tibétain de la vie et de la Mort de Sogyal Rinpoche expose une manière de voir l'esprit très intéressante. Reprenant conscience et savoir Tibétain et les appliquants au monde occidental actuel.

L'esprit... Ah l'esprit. Ce que mon guide spirituel à pu m'enseigner à ce sujet, c'est qu'il ne faut pas le confondre avec le mental. Il y a d'ailleurs deux termes en tibétain pour traduire "esprit". je ne me les rappel plus, il faudrait que je les retrouve. L'un d'eux est Sem, et l'autre.... erf.

Le mental est l'illusion, l'esprit est, cependant, dans la vérité.

Chacun de nous les possède, les utilise plus ou moins, s'y attache ou souhaite s'en écarter, de l'un ou de l'autre. Je reste cependant intimement persuadé que l'esprit est en chacun de nous, plus ou moins obscurcit par le mental, qui se nourrit de nos actions passées (Vie antérieur ou actuelle).
Accueillir, découvrir l'esprit ne serait il pas alors s'éloigner du mental, et de tout ce qui le compose ? Jalousie, colère, possession, toutes ces choses que que la plupart des humains appellent l'amour ?

Jésus à dit : "Connais toi toi même et tu connaitras l'univers". Mon ami ne cesse de le répeter, et finalement cette phrase est tellement vrai. C'est donc d'autant plus futile de chercher des réponses à travers camescope et microscope, lorsque toutes les réponses se trouvent en nous, derrière toutes ces pensées qui obscurcissent notre esprit.
Du moins, c'est ce que je ressens face à tout cela.

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Lun 12 Nov 2012 23:37
de Bhikkhus
Guillaume a écrit:c'est ce que je ressens face à tout cela.

Je ressens cette même force de vie, cette même énergie génératrice, cette même foi silencieuse...
Guillaume a écrit:il faudrait que je les retrouve. L'un d'eux est Sem, et l'autre.... erf.

སེམས།[sems] ou སེམས་སྡེ།[sems sde] (en sanskrit, citta) se trouve être parmi les cinq ou six mots utilisés en tibétain (pour désigner l'esprit) comme le terme le plus général.
Sems est effectivement ce qui pense, réfléchit, se souvient. Sems est cela.
Toujours en tibétain, སེམས་ཅན།[sems can] désigne ceux qui ont un esprit, comme les êtres animés, et par opposition, བེམ་པོ།[bem po] est le mot qui désigne ce qui est inerte, inanimé, comme les pierres, les minéraux, les végétaux.
Sems est donc l’esprit pur, impur, duel, non duel.

Guillaume a écrit:Il y a d'ailleurs deux termes en tibétain pour traduire "esprit". je ne me les rappel plus,

Dans le vocabulaire propre du bouddhisme général, le terme d’esprit recouvre effectivement deux acceptions que nous n'avons pas vraiment l'habitude de voir désignées par le même mot en Occident :
1°- Le fonctionnement ordinaire de l'esprit, que nous appelons aussi habituellement psychisme et qui est en Occident le sujet d'étude de la psychologie.
2°- L'essence pure et non-duelle de l'esprit (au-delà de toutes les fluctuations du psychisme), que nous appellerions plutôt "l'être", et dont la science est la branche de la métaphysique nommée ontologie.
Il faut bien garder en mémoire ce double sens.
:!:
Il est indispensable si l'on ne veut pas commettre des contresens qui interdiraient toute compréhension. Dans les expressions connaissance de l'esprit ou, nature de l'esprit, par exemple, on se réfère toujours au second sens. Il s'agit donc alors d'une connaissance de l'absolu et non d'une approche d'ordre psychologique. Cette connaissance de l’esprit et de sa nature est la base du Dharma et des enseignements du Bouddha.

:)

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mar 13 Nov 2012 12:02
de Guillaume
Tu as mis les mots exactes sur ce que j'étais incapable de transmettre.
C'est, à une ou deux virgules près, ce dont je voulais parler plus haut.
J'arrive assez bien à ressentir les choses pour le moment, mais pas vraiment à les transmettre, car je suis justement trop dans le mental, et pas assez dans "l'être". A force de travail et de méditation, j'arriverais sûrement à dépasser cette gène et à pouvoir parler de tout cela sans m'emmêler les pinceaux, et en arrêtant de "ne plus me rappeler de"

Maintenant que les définitions sont établies, nous pouvons partir sur ces dernières pour étendre notre sujet.

Effectivement Bhikkhus, nous nous retrouvons sur un point, le fait que tout homme possède cette essence pure en l'oui. Pouvons nous alors parler d'un esprit commun à tout homme, où chacun choisit de le suivre (et j'entends par là de travailler durement durant plusieurs vies pour l'atteindre), ou d'un esprit par homme, à un niveau plus ou moins différent du voisin.

Je m'explique. En tout temps, de grand maîtres ont été présents sur Terre. Prenons l'exemple du Bouddha et de Jésus. Ces deux grandes personnes, bien que l'un ayant réalisé l'éveil et l'autre ayant atteint l'état d'ascension, ont eu un parcours très différent, à une époque très différente aussi.
Malgré un raisonnement différent, la vérité qui se trouve derrière leurs paroles est la même. Ils ont atteint un état ou ils connaissaient tout du monde, car ils connaissaient tout d'eux même. Et cette vérité était tout à fait similaire.

S'il n'existe " qu'une " vérité, pouvons nous alors considérer que l'esprit de l'homme, l'essence de l'homme, n'est qu'une seule et même " entité " à laquelle nous avons le choix d'adhérer ?

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mar 13 Nov 2012 18:33
de Guillaume
C'est amusant, je suis en train de lire un bouquin qui à plus ou moins donner la réponse à ce dont je parle plus haut, je cite :

" (...) Même si des êtres distincts communiquent et interagissent, le karma qu'ils véhiculent leur est propre en ce sens qu'il est encré dans leur psychisme et ne peut être échangé contre le karma d'autrui. Chaque être animé est ainsi amené à purifier sa propre série psychique en cheminant vers l'Eveil. Et quand un bodhisattva s'éveille pleinement, c'est un nouveau bouddha qui rejoint les autres bouddhas précédemment accomplis, sans pour autant fusionner avec eux dans un Eveil unique. (...). Le Bouddhisme est donc bien différent de l'Hindouisme où l'atman, le soi individuel éternel, une fois affranchi de l'illusion qui le lie à la matière, se libère du samsara en se fondant dans Brahman unique, sa nature absolue, comme une rivière se jetant dans l'océan."

Source : Padmasambhava Le livre des morts tibétain.

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mar 13 Nov 2012 23:49
de Bhikkhus
Guillaume a écrit:S'il n'existe " qu'une " vérité, pouvons nous alors considérer que l'esprit de l'homme, l'essence de l'homme, n'est qu'une seule et même " entité " à laquelle nous avons le choix d'adhérer ?


Houhou… c’est une très intéressante question ça.
:shock:

Le seul terme " une seule vérité" est déjà ambigu à mon sens. J’aimerais donner mon point de vue actuel (et qui n’engage que moi) afin que vous compreniez mon cheminement.

Comment exprimer cela en quelques lignes…
:?

Je suis aujourd’hui convaincu que la Vérité (celle nommée en sanskrit, satyā et que j’écrit volontairement avec une majuscule) n’a pas d’étiquette : elle n’est ni bouddhiste, ni chrétienne, ni hindoue, ni musulmane, ni spirite… La vérité n’est le monopole de personne : elle est universelle.

Les (trop nombreuses) étiquettes sectaires sont un obstacle à la libre compréhension de cette Vérité universelle, et elles introduisent (depuis toujours) dans l’esprit de l’homme des préjugés malfaisants. Combien de guerre ou de conflit ont été déclenchés par une simple différence de perception de la vérité (ou disons de point de vue de sa propre Vérité).

C’est pourquoi, de mon point de vue, je pense qu’il est donc sans importance (pour un chercheur de la Vérité), de savoir d’ou provient l’idée. L’origine et le développement d’une idée sont l’affaire de l’historien. Je leur laisse cette recherche et cette quête. En fait pour comprendre la Vérité, il me semble qu’il n’est pas nécessaire de savoir si l’enseignement vient du Bouddha Shākyamuni, de Jésus de Nāsereth, ou de quelqu’un d’autre. L’essentiel est de voir la chose, de la ressentir et de la comprendre. Un lama m’avait judicieusement fait remarquer que l’on pouvait s’amuser à comparer la Vérité à un médicament : si le remède est bon, la maladie sera automatiquement guérie. Peu importe de savoir qui l’a préparé et d’ou il vient !

Je reviens à la Vérité. Selon le bouddhisme, ce que l’on nomme par état de Vérité-vrai est l’état de parfaite illumination des bouddhas (dans le nirvāna). Dans ce qui est nommé l’état de Dharma-kāya (ou état de Vérité-fondamentale), aucune théorie n’est nécessaire, ni concevable. En effet, dans la connaissance ou la réalisation de la Réalité-vrai, toutes les vérités partielles ou relatives sont reconnues comme parties de la Vérité « Unique », et aucune différenciation n'est possible tel que celles (bien trop nombreuses) qui mènent à établir des oppositions entre des religions ou des sectes (qui sont d’ailleurs peut-être chacune en possession partielle de quelque éléments de la Vérité).

Il est vrai que pour celui qui cherche la vérité, que ce soit dans le royaume de la science physique ou spirituelle, les théories sont certes essentielles, mais lorsqu’une vérité ou un fait s’est trouvé confirmé, toutes les théories le concernant deviennent alors inutiles. Et c’est d’ailleurs pourquoi (ainsi que l’affirme les successeurs du grand Jetsün-Kahbum Milarepa), la Vérité ne peut être trouvée que par la réalisation de cette Vérité (et non en spéculations intellectuelles).

Je viens de constater qu’il faudrait peut être que je note trois lignes sur "le monde des phénomènes" et "la vacuité" dans la Vérité. J’ai pu étudier qu’il existe deux formes de Vérités fondamentales (nommées en tibétain, bden pa gnyis). Autour de cette distinction de deux vérités s’articule le rapport entre la vacuité et le monde de phénomènes (entre nirvāna et samsāra). Il y a en effet un double aspect des phénomènes : la façon dont ils existent en réalité (que l’on nomme la Vérité-ultime ou la Vérité-vrai) et la façon dont ils nous apparaissent (que l’on nomme la vérité-relative).

1°- La première (nommée en tibétain, don dam bden pa et en sanskrit, paramārtha-satyā) exprime la Vérité-ultime, la vérité telle qu'elle est. C’est l’absence d’existence inhérente des phénomènes et des personnes.

2°- La seconde (en tibétain, kun rdzob bden pa et en sanskrit, samvriti-satyā) exprime la vérité-relative, celle d'apparence, celle d'enveloppement et conventionnelle. C'est en fait la vérité constituée de nos perceptions ordinaires (qui masquent tout), constituées par le jeu des projections de l’esprit, qui recouvre la Vérité-ultime, la vérité fondamentale (ce que le bouddhisme nomme l’état de Dharma-kāya).

Selon ce point de vue, j'adhère au principe que la vacuité des phénomènes est pour moi la Vérité-ultime et leur manifestation, la vérité relative.

Et voilà... moi qui voulais exprimer cette idée en quelques lignes… c’est plutôt raté. J'espère que je n'ai endormi personne...

Je me rends compte également que je n'ai même pas encore répondu à la question...
Guillaume a écrit:pouvons nous alors considérer que l'esprit de l'homme, l'essence de l'homme, n'est qu'une seule et même " entité " à laquelle nous avons le choix d'adhérer ?

:?

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mar 20 Nov 2012 18:49
de Bhikkhus
Guillaume a écrit:pouvons nous alors considérer que l'esprit de l'homme, l'essence de l'homme, n'est qu'une seule et même " entité " à laquelle nous avons le choix d'adhérer ?

Je reviens sur ta question Guillaume, mais finalement je n'arrive pas trop à la cerner.

Tu veux dire : pouvons nous considérer que sems et la conscience de celui qui est pleinement éveillé (rig pa) sont une seule et même chose à laquelle nous pouvons adhérer où non. C'est bien ta question ?

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mar 20 Nov 2012 21:46
de Guillaume
Pas exactement.

Je me suis en fait mal exprimé dans ma question précédente. Lorsque je disais " Pouvons nous considérer que l'esprit de l'homme, l'essence de l'homme..." Il s'agissait ici d'utiliser deux tournures différentes pour parler de Rig pa. Mon erreur à été de ne pas tenir compte du fait que Sems est souvent traduit par esprit (et notamment esprit qui pense).

Donc ma question, avec les bons termes, aurait plutôt été :

Pouvons nous penser que chaque homme à une "essence" propre ? Ou pouvons nous penser qu'il existe une seule et même "essence" vers laquelle chacun essai d'aller.

Ou encore, si l'on considère qu'atteindre l'état de rig pa signifie atteindre la Vérité :

Chacun de nous possède t il la vérité, ou existe t il une seule vérité extérieur à nos être ?

C'est pour cela que j'ai cité une partie du Livre des Morts Tibétain, qui explique la différence entre le bouddhisme (Chaque être distinct possède son karma) et l'Hindouisme (une fois l'Eveil atteint, le "soi individuel éternel" se fond dans le Brahman)

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Sam 24 Nov 2012 16:18
de Bhikkhus
Guillaume a écrit:si l'on considère qu'atteindre l'état de rig pa signifie atteindre la Vérité : Chacun de nous possède t il la vérité, ou existe t il une seule vérité extérieur à nos être ?


Attention: afin de ne pas faire de confusion, je rappel qu'il faut bien comprendre que rig pa n'est pas une connaissance que l'on a, mais une connaissance que l'on est !

Halala... la Vérité... :?

Les sages, les philosophes, les scientifiques, et particulièrement chaque homme de tout temps, recherchent la Vérité. Cependant, cette grande recherche reste souvent à l'état de recherche, sans vouloir forcément toujours la trouver... C'était le célèbre cas de Ponce Pilate, le gouverneur romain qui a condamné à mort Jésus de Nasereth : Pilate Lui dit : tu es donc roi ? Jésus répondit : tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la Vérité. Quiconque est de la Vérité écoute ma voix. Pilate lui dit : Qu'est-ce que la vérité ? Jesus ne répondit pas. Après avoir dit cela, Pilate sortit pour aller vers les Juifs, et il leur dit : Je ne trouve aucun crime en Lui. (Jean 18. 37-38). Sa propre recherche est restée à l'état d'une question, alors qu'il avait devant lui celui que Dieu avait envoyé "pour rendre témoignage à la Vérité". Quel dommage !

Selon le christianisme, Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité. (Timothée 2:4). Si les hommes veulent connaître la Vérité, sachez que c'est aussi la volonté de Dieu pour ses enfants.

De mon coté, je suis absolument certain de ne pas avoir la connaissance suffisante pour oser tenter de répondre à ce genre question.
:lol:
Voici toutefois pour se consoler, un sujet de comparaison intéressant que m’avait élaborer un ami lama au sujet de la connaissance. Il m’avait dit :

« Prenons l’exemple que les facultés de connaissance d'un bouddha soient comparable à la totalité de l’immensité de l'espace. En partant de là, celles des bodhisattvas pourrait être comparé au volume qu'occupe une pièce d'une maison, celles des êtres ayant déjà une certaines réalisations avancée (comme les arhants), semblables au contenu d'un verre de table, tandis que celles des personnes ordinaires les plus intelligentes, savantes et cultivées n'occuperaient pas plus que le chas d'une aiguille ».

Donc... mystère et boule de gomme...
:D

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Lun 26 Nov 2012 22:05
de Guillaume
Déjà qu'un chat est petit, alors si en plus c'est celui d'une aiguille (oulala, jeu de mot absolument farceur et rocambolesque)

Héhé, c'est amusant car finalement, tant que l'individu n'a pas atteint l'état du Bouddha, j'aime à considérer que sa vérité est changeante, qu'elle évolue, en fonction de son niveau de conscience (comme dirait mon ami spirituel).
Les choses que je pensais comme vraies à une époque ne le sont plus aujourd'hui. J'aime y réfléchir car cela me fait travailler l'impermanance.

:geek:

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mer 10 Avr 2013 10:37
de Bhikkhus
Guillaume a écrit:tant que l'individu n'a pas atteint l'état du Bouddha, j'aime à considérer que sa vérité est changeante, qu'elle évolue, en fonction de son niveau de conscience


Si je peux me permettre, selon les textes que j'étudie, en fait ce n’est pas la Vérité qui est changeante en fonction de la conscience-connaissance, mais plutôt l’inverse : c’est la conscience-connaissance (et la perception) de la Vérité qui est changeante… car selon les textes concernant les deux Vérités (celle relative et celle absolue), il n’existe pas de Vérité évolutive et changeante. Le Vérité est la Vérité ! C’est seulement la connaissance de cette dernière qui fait toute la différence.

L’état nirvânique (ou la vision de la Vérité absolue) est celui que l’on atteint par la connaissance (comme le fit le Bouddha historique) ; ou encore d’après la définition énoncé dans le Mahâ-vagga : « Le nirvâna est la mise en repos, la cessation des samskâras (les confections mentales) dépendant de l’imagination, qui créent notre monde illusoire (la Vérité relative donc), calqué sur des données fournies par l’ignorance (ou la non-connaissance).

Si tu ne l’as pas encore lu, l’essence de la Prajnâ-paramita possède un discours qui pourrait t’intéresser. Il est dit : « La forme est le vide et le vide est la forme. Le vide n’est pas autre chose que le forme et la forme n’est pas autre chose que le vide ». De même en est-il pour les sensations, les perceptions, les confections mentales de la conscience-connaissance…

Il faut comprendre par là que samsâra (Vue relative) et nirvâna (Vue absolue) sont une même chose vue sous seulement deux aspects différents. L’aspect vu à travers l’ignorance est le samsâra, l’aspect vu à travers la connaissance est le nirvâna, mais cette dernière réalité nous est mentalement inconcevable (puisque nous nous trouvons à un niveau où nos conceptions mentales sont encore du domaine de la Vérité relative).

Vous me suivez ?
:mrgreen:

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mer 19 Juin 2013 15:27
de hentouane
comme dirait un lama rencontré en retraite en Savoie :
"rien en remplace la pratique assise"
"il n'y a rien à faire, juste à être" => la compréhension/vue directe est a-mentale

je dirais que l'intitulé du sujet est déjà pertubateur => plus on "pense" quelquechose à propos de l'esprit et plus on complexifie le sujet, non?

une dernière pour la route: "ce n'est pas en conceptualisant que l'on s'affranchit des concepts"
(autre source, peut-être Chögyam Trungpa)

Re: Que penser de notre esprit ?

MessagePosté: Mer 19 Juin 2013 15:30
de hentouane
Bhikkhus a écrit:
Attention: afin de ne pas faire de confusion, je rappel qu'il faut bien comprendre que rig pa n'est pas une connaissance que l'on a, mais une connaissance que l'on est !

Halala... la Vérité... :?

:D



très pertinent à mon sens !
toujours ce "clivage" culturel / historique entre l'occident axé sur l'Avoir et l'orient axé sur l'Etre ...
(ça me rappelle un bouquin que j'ai lu là-dessus ... le nom m'échappe)