Page 1 sur 1

Films : Samsara & Baraka (de Ron Fricke)

MessagePosté: Jeu 26 Fév 2015 16:05
de Bhikkhus
Bonjour à toute et tous ;

Je viens enfin de faire la belle acquisition du film
Samsara
de Ron Fricke
(à ne pas confondre avec le film au même titre de Nalin Pan).

SAMSARA Mandala.png
SAMSARA Mandala.png (674.35 Kio) Vu 9470 fois

Les mots qui me sont immédiatement venus à l’esprit durant (et toujours) après cette visualisation sont « magnifique », « sidérant », « grandiose », « époustouflant »… Epoustouflant dans son sens le plus absolu du terme, tant ce film à provoquer chez moi l’ébahissement, la stupéfaction devant la beauté de ses sublimes images et la profondeur pertinente de son message.

Pour votre information, le génial réalisateur Ron Fricke est à l’origine des systèmes de caméras dites « time lapse » (permettant de créer des plans image par image). Tourné pendant près de cinq ans dans pas moins d’une petite trentaine de pays, « Samsara » est le premier film entièrement fait sur support argentique 70 mm (c’est-à-dire avec une taille de négatif de 65 mm). Alors évidemment, à l’heure de la très haute résolution numérique on peut certainement s’étonner de ce curieux choix (d’habitude plutôt réservé aux mondes des effets spéciaux), mais la réponse du producteur du film (Mark Magidson) est sans appel : « La technologie digitale est en perpétuelle évolution et nous avons commencé le tournage en 2007. Pour l’instant, rien ne vaut la pellicule 65 mm ». Le réalisateur enfonce le clou en disant : « Nos images sont véritablement les personnages de notre film. Pour ma part, le 65 mm est essentiel pour capter l’essence des décors naturels et des paysages ». Mais que les puristes du numérique se rassurent toutefois, une conversion effectuée grâce à un DCP-4K offre une qualité d’image en haute définition à couper le souffle. Mais la technique n’étant rien sans le fond, sublimement magnifié par la musique de Michael Stearns et de Lisa Gerrard, « Samsara » devient au grand écran ce qu’une symphonie de Beethoven demeurera éternellement à la musique classique : un pur chef-d’œuvre, beau, majestueux et impressionnant.

Sombre, dense, parfois même un peu brouillon, ce film aborde des thèmes aussi divers que les armes à feu, la nourriture industrielle, le sexe, la robotique ou l’impermanence des choses. Véritablement hypnotique et totalement méditatif, de premier abord sans réel fil conducteur, le film tisse progressivement un canevas mental parfaitement cohérent qui dresse un état des lieux de notre planète. Bilan ultime de notre civilisation, « Samsara » prend le temps de faire le point sur nos erreurs, nos espoirs et nos métamorphoses. Une scène magistrale nous fait découvrir la destruction (d’un certain point de vue) d’un splendide mandala de sable de la tradition bouddhique tibétaine. Métaphore (dans le contexte du film) du cycle de la nature qui s’apprête à faire table rase de l’Homme et de son égo ? A vous de juger…

Plus d’info ici : http://www.barakasamsara.com/

Bien à tous ; Sarwa mangalam
Bhikkhus.

Re: Film : SAMSAR (de Ron Fricke)

MessagePosté: Jeu 26 Fév 2015 16:06
de Bhikkhus
Quelques captures complémentaires :

SAMSARA Grottes troglodites.png
SAMSARA Grottes troglodites.png (538.23 Kio) Vu 9469 fois
SAMSARA Danse.png
SAMSARA Danse.png (653.3 Kio) Vu 9469 fois
SAMSARA Chapelle.png
SAMSARA Chapelle.png (670.33 Kio) Vu 9469 fois

Re: Film : SAMSAR (de Ron Fricke)

MessagePosté: Jeu 26 Fév 2015 16:08
de Bhikkhus
SAMSARA Masque.png
SAMSARA Masque.png (492.98 Kio) Vu 9469 fois
SAMSARA Monastère.png
SAMSARA Monastère.png (563.86 Kio) Vu 9469 fois
SAMSARA Impermanence.png
SAMSARA Impermanence.png (542.86 Kio) Vu 9469 fois

Re: Film : SAMSAR (de Ron Fricke)

MessagePosté: Jeu 26 Fév 2015 16:10
de Bhikkhus
SAMSARA Vallée temples.png
SAMSARA Vallée temples.png (590.26 Kio) Vu 9469 fois
SAMSARA Ville.png
SAMSARA Ville.png (612.69 Kio) Vu 9469 fois
SAMSARA Volcan.png
SAMSARA Volcan.png (518.66 Kio) Vu 9469 fois

Re: Film : SAMSARA (de Ron Fricke)

MessagePosté: Jeu 26 Fév 2015 16:30
de Phurba
Tout cela a vraiment l'air "époustoufflifiant" !!! J'en perds mon latin !
Je vais peut-être investir aussi... ;)

Re: Film : SAMSARA (de Ron Fricke)

MessagePosté: Jeu 26 Fév 2015 20:32
de Anne20
Merci pour l'info et les photos Bhikkhus, difficile de résister à l'envie "d'investir" après t'avoir lu... d'ailleurs c'est fait :)

Re: Film : SAMSARA (de Ron Fricke)

MessagePosté: Mer 4 Mar 2015 00:07
de Anne20
Merci encore, ça y est je l'ai vu, de magnifiques images et aussi des images terribles à montrer et remontrer(aux jeunes aussi, bien éloignés de certaines réalités) car elles interpellent chaque être humain. A revoir évidemment...j'ai encore plein de choses à y découvrir. En le cherchant, j'ai vu qu'il était présenté comme la suite d'un précédent film, Baraka, le connaissez-vous ?

Re: Film : SAMSARA (de Ron Fricke)

MessagePosté: Jeu 5 Mar 2015 17:50
de Bhikkhus
Anne20 a écrit:j'ai vu qu'il était présenté comme la suite d'un précédent film, Baraka, le connaissez-vous ?

Et ben oui un peu… parce qu'en fait je l’ai également. J’ai même commencé par me procurer ce film en premier. Baraka, dont l’ancienne transcription sufi (barakah) désignait « le souffle de vie » est son petit frère direct. Baraka mériterai largement un nouveau topic rien qu’à lui, mais vu que le fil conducteur reste relativement le même que celui de Samsara, autant le développer un peu ici...

Baraka
de Ron Fricke

Egalement filmé en 70 mm, on y découvre une approche un peu plus centrée sur les hommes et la civilisation moderne des six continents. Tout comme Samsara, Baraka est « non-verbal », mais cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y à rien à raconter… loin de là même ! Véritable poème philosophique, Baraka se dévoile au départ au travers de nombreuses séries de plans de différents croyants. De divers horizons, leur dévotion dépassant allégrement le type de divinité célébrée. Juifs, bouddhistes, hindouistes, chrétiens, animistes, tous, au fil des plans, construisent une seule et même puissance introspective. Baraka parle donc avant tout de confiance, de dévotion et de foi : la foi en l’homme, en l’être humain ; la foi en la nature, en la beauté du quotidien.

Le silence est toujours la règle d’or et aucune parole n’est échangée. Tout juste aura-t-on droit au mystique rituel du Ketchak (un chœur de percussions vocales humaines) où les gestes de la transe, la coordination des chants et la puissance crescendo de cette « traque aux démons » fait de cette tradition hindouiste de l’île de Java un spectacle merveilleux.

800%20large%20baraka%20blu-ray7.jpg
800%20large%20baraka%20blu-ray7.jpg (155.36 Kio) Vu 9421 fois

Toute la partie centrale du film se centre ensuite sur l’impersonnalité de l’homme dans son environnement moderne. Privilégiant des plans des mégalopoles comme Tokyo ou New-York City, le flux incessant des piétons se voit ainsi habilement raccordée aux milliers de poussins triés dans les sombres batteries d’élevages.

Après le calme, la douceur et la volupté des paysages de la première partie, la puissance désespérément fascinante émanant du bouillonnement de nos sociétés modernes, passe pour un infame rouleau compresseur. Mais pour autant, Baraka n’oublie jamais les visages et laisse les images parler d’elles-mêmes.

Un exemple parmi d’autre montre dans la forêt amazonienne une tronçonneuse abatant un arbre qui s’écroule violemment au sol. Un habile raccord dévoile le regard frontal d’un indien, dont on ne sait finalement s’il est songeur ou terrifié (par la destruction du plan précédent). Ainsi, de la même façon que dans Samsara, la subtilité du montage associe deux plans qui pourtant ne se répondent pas dans la réalité.

Baraka.png
Baraka.png (621.7 Kio) Vu 9421 fois

Plus dur encore, on passe des hauts-fourneaux industriels où des travailleurs suent sang et eau, pour basculer en un cut sur les fours crématoires des camps d’Auschwitz. Bien que ces fours ne fussent pas ceux utilisés à l’époque (puisque ce sont des reconstitutions), le film nous dupe néanmoins et nous fait coïncider four de la métallurgie et fours assassins. L’effroi de la capacité de destruction humaine n’en est que plus saisissant et pesant.

Le réalisateur accumule ainsi un immense puzzle des plans de montagnes, de cieux ou de villes mais aussi des portraits et des restes de victimes génocidaires pour les réunir sur un même plan de souvenir. Les dernières images offrent une contemplation des cieux, au moment où les spectateurs sont (quasi obligatoirement) retournés à une méditation introspective... enfin ce fut mon cas.

800%20large%20baraka%20blu-ray5.jpg
800%20large%20baraka%20blu-ray5.jpg (77.77 Kio) Vu 9421 fois

Re: Films : Samsara & Baraka (de Ron Fricke)

MessagePosté: Ven 6 Mar 2015 14:47
de Bhikkhus
Quelques captures complémentaires...

Saddhus BARAKA.jpg
Saddhus BARAKA.jpg (208.63 Kio) Vu 9411 fois
Jeune femme voilée BARAKA.jpg
Jeune femme voilée BARAKA.jpg (195.8 Kio) Vu 9411 fois
Enfant indien BARAKA.jpg
Enfant indien BARAKA.jpg (186.88 Kio) Vu 9411 fois

Re: Films : Samsara & Baraka (de Ron Fricke)

MessagePosté: Dim 8 Mar 2015 20:04
de Anne20
Merci pour tous ces renseignements et ces images saisissantes. Je vais me le procurer aussi mais je redoute certains passages...

Re: Films : Samsara & Baraka (de Ron Fricke)

MessagePosté: Ven 28 Aoû 2015 14:52
de mudmännchen
Ce film est magnifique !
Merci pour la très belle sélection d'images